La route circulaire d'Antsakaviro, totalement dévastée

Dégradation des routes à Antananarivo

Une saison propice aux dégradations des routes

Nous sommes maintenant en plein mois de février, et à Madagascar, Février n’est pas l’hiver et la saison du ski. Pourtant les sensations sont bien au rendez vous, car ils s’agit de la saison des cyclones.  J’avais déjà publié plusieurs articles à ce sujet, ici, et , et je ne ne souhaite pas donc revenir dessus. Néanmoins, je vous propose dans cet article d’aborder plus en détail  les impacts sur le réseau routier de ces évènements. Les cyclones n’ont pas touché de plein fouet Antananarivo.  Ils ont  néanmoins provoqué de fortes pluies qui se sont fait ressentir sur l’état du réseau routier de la ville.

Un nid de poule a Ambanidia
Une chaussée dévastée à Ambanidia

Une circulation difficile

Les fortes pluies ont provoqué des inondations et ont détérioré de manière alarmante les routes d’Antananarivo. Depuis quelques jours, nombre de personnes ont pu constater une nette dégradation des conditions de circulation dans la capitale, conditions qui sont déjà difficiles en temps normal.  Les nids de poules réguliers que croisent les automobilistes n’y sont pas étrangers, notamment dans les endroits à fortes circulation. Parmi les endroits les plus touchés, citons : le tunnel d’Ambanidia, la route circulaire prêt d’Antsakaviro, la route d’Anosy, Besarety.

Un nid de poule à Antsakaviro
Deux nids de poule à Antsakaviro

Cette situation perdure depuis maintenant plusieurs semaines. Chaque trajet est devenu un parcours du combattant. Les 2CV se trouvent des qualités cachées de  4×4, les motos s’habituent à zigzaguer entre les voitures et les trous de la route, et les piétons avancent dans la crainte de se faire arroser du contenu peu ragoutant d’un nid de poule ….

Trou béant et plein d'eau dans une route de fort vayron
Trou béant et plein d’eau dans une route de Fort Vayron

Un facteur de développement

Pour ma part, il me parait évident que l’état des routes d’un pays est un facteur conditionnant son développement, le transport étant essentiel pour le fonctionnement d’une société.  Des routes dégradées, ce sont des embouteillages, des gens qui arrivent en retard au travail, des marchandises qui n’arrivent pas à bon port, des délais qui ne sont pas respectés…

Qu’attend donc l’état pour réagir ? Que la ville soit totalement congestionnée ? Que l’on ne puisse plus circuler du tout ? A moins que l’état considère que ça n’est pas une priorité ?  Il est vrai que la ville est déjà dans un état critique, mais ça n’est pas une raison pour laisser les routes disparaître et les ordures s’accumuler …

Une réaction tardive

Heureusement, cette semaine, les dirigeants ont enfin annoncé qu’ils allaient se pencher sur le problème. On constate effectivement des réparations de certains points, mais tout n’est pas encore remis en état. Espérons que rien ne viendra faire obstacle à cette action et que les travaux seront menés jusqu’au bout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces articles peuvent vous intéresser


Effondrements de terrain au dessus du tunnel d'Ambanidia. Effondrements à Antananarivo
Embouteillages à Isoraka, Antananarivo, à 12h. Embouteillages à Antananarivo
madagascar-fin-cyclone Cyclone Fundi sur Madagascar

A ne pas rater sur le site


Paysage de Manambato, vu du lac Manambato, paradis lacustre
au-sommet-de-Andringitra L’Andringitra et le Pic Boby
Une belle plage de l ile aux nattes, sainte marie Sainte-marie, une île paradisiaque